Les Vins Vivants

Grande Cuvée « Saint-Drézéry »

Domaine Saint-Jean de l’Arbousier
Languedoc « Saint-Drézéry »

Millésime 2016
Alc. 14,5 % vol.
75 cl

La particularité de ce vin réside dans son terroir, la plus petite AOP du Languedoc (150 ha). La vendange est manuelle avec tri sélectif des raisins (30 hl/ha). La vinification se fait par cépage et par parcelle, avec une macération pré-fermentaire à froid. Les fermentations sont sous contrôle des températures à 20°C. L’assemblage est un classique (syrah, grenache, mourvèdre) avec 12 mois d’élevage en fût de chêne français.

Un vin à la robe rouge profond avec des reflets pourpres. Au nez, des notes de réglisse et de violette, puis vanillées. Une belle attaque en bouche sur des fruits rouges et noirs, du gras et de la rondeur, des tanins soyeux et une belle longueur finale. Servir chambré de 17 à 19°C.

17,50

Le Domaine Saint-Jean de l’Arbousier

À mi-chemin entre Nîmes et Montpellier, le Domaine Saint-Jean de l’Arbousier est situé sur les hauteurs du village de Castries, entre vigne, mer et montagne. Cette ancienne propriété des Templiers datant de 1235, appartient à la famille depuis quatre générations. D’une superficie de 110 ha, la propriété abrite un vignoble de 40 ha ceinturé par les arbousiers et les pins parasols. Le domaine s’inscrit dans une démarche de développement durable. Depuis avril 2010, la production est passée d’une agriculture raisonnée à une Agriculture Biologique. Les vins sont certifiés bio depuis 2013.
Le terroir est situé sur d’anciens glacis d’épandage variant entre 105 et 125 m d’altitude, mais toujours sous climat méditerranéen. La nature des sols varie entre les grès, les marnes caillouteuses, les conglomérats et les terrasses caillouteuses. Les galets roulés sont une caractéristique majeure du terroir et garantissent une maturité optimale aux raisins.

Une taille courte et un choix de clone qualitatif permettent de limiter les rendements (35 hl/ha). De nombreux labours sont effectués évitant le désherbage chimique. Au printemps, un palissage haut est pratiqué : il permet un meilleur éclairement des feuilles et donc un bon déroulement de la photosynthèse et de la maturation du raisin.
Les traitements à base de cuivre et de souffre sont adaptés à chaque situation, les interventions sont réduites au strict nécessaire. C’est une viticulture respectueuse de l’environnement. Les avantages se font sentir en terme de qualité de raisin et une meilleure réponse aux attentes actuelles des consommateurs autour de la sécurité alimentaire et environnementale.