Didier Chaffardon (49)

D’origine savoyarde, c’est en Anjou, sur les rives de l’Aubance, que Didier Chaffardon a fini par poser ses valises. Installé à Saint-Jean des Mauvrets depuis 1998, il bichonne 3 ha de vignes d’où il tire des vins uniques qui bousculent les certitudes

Le vigneron est acquis à la cause des vins « nature » dès 1994, suite à la découverte de cuvées de Pierre Overnoy (Arbois) et du domaine Gramenon (Drôme provençale) à l’occasion d’un stage à Beaune.

Après avoir travaillé plusieurs années dans divers domaines en Provence et Savoie, il débarque en Anjou en 1996 comme régisseur du domaine des Charbottières. Le domaine est vendu quelque temps plus tard mais Didier décide de rester.

LA VIGNE

Il reprend quelques parcelles entre Sainte-Melaine-sur-Aubance et Vauchrétien : 0,3 ha de vieux chenin entouré de friches, un sol de schiste sur des argiles claires assez serrées ; une autre parcelle de 0,6 ha, sensible au gel, où il a planté en 1998 une sélection massale de chenin, sur des argiles douces et limoneuses ; une troisième parcelle de 2 ha : 1,6 ha de cabernet-franc et quelques rangs de cabernet-sauvignon plus 0,4 ha de chenin d’une cinquantaine d’années, un sol d’argile minimum sur des marnes soyeuses et compactes à ostracées (huîtres fossiles).
Le domaine s’est agrandi de quelques ares de grolleau il y a quelques années. En amoureux de la nature, il est attentif à la bonne santé de ses vignes : sans herbicide ni insecticide, dans le souci permanent de favoriser la diversité de la faune et de la flore.

LA VINIFICATION

Des raisins à pleine maturité, des vendanges manuelles, rigoureusement triées, et une vinification la moins interventionniste possible : levures indigènes, pas de soufre, ni collage, ni filtration. Pas de macération carbonique, qu’il considère comme un « laminoir à terroir ». Quelques barriques mais surtout des cuves de petite taille pour veiller à l’évolution des jus, la façon dont ils se bâtissent.

LES VINS

Des vins sans concession, avec du tempérament, du volume, de l’élan, parfois aux antipodes d’un millésime à l’autre, même s’ils conservent une trame similaire.
Un « petit » domaine mais de nombreuses cuvées en fonction du hasard et des aléas climatiques.

Des vins blancs secs, demi-secs, moelleux, liquoreux ou carrément sirupeux (!) issus du chenin : Isidore, L’Arcane à Sucre, L’Indolent, Le Trouvère Encor’Sage, Les Écoliers, Chnaploïd, Douze Heures Angevines, La Mentule Matagrabolisée
Des vins rouges issus du cabernet-franc (et cabernet-sauvignon) et du grolleau : L’Incrédule, Le Rouzé, Clopin Clopant, Le Gélignon, Cuvée des Mille Zincs, Fortuit
Des vins rosés issus du cabernet-franc : L’Ailé Faon Rose, Levain Rose