Infolettre

#1 – La Lettre des Vins Vivants

Publié le 16 décembre 2016

Chers amis, proches, familiers et familiaux,

Vous n’êtes sûrement pas sans savoir que j’ai rejoint depuis peu la grande tribu opportuniste des auto-exploiteurs macronisés à la sauce Fillon. Honte à moi, direz-vous, et vous aurez raison. Mais voilà, entre le salariat triste que j’eus connu par le passé et le RSAsme parasitique auquel je suis encore abonné (pour un temps que j’espère court), j’ai choisi mon camp, camarades.

Une nouvelle aventure et de nouveaux horizons s’ouvrent ainsi majestueusement devant moi et, si j’ose dire, c’est presque pour une bonne cause : le bien-boire vinesque, antichambre d’un bien-être supérieur constitué de rencontres remarquables et de moments inoubliables. Un hédonisme élevé au rang d’art de vivre et qui plus est complètement dans l’air du temps (opportunisme…) : le plaisir des sens, dans le respect des humains et de la planète, au service d’un commerce juste (« Sauvez un vigneron, buvez un canon », répètent à l’envi certains vinophiles !)

Connaissant votre goût immodéré (petits coquins) pour les petits et grands plaisirs qu’offre notre existence terrestre, j’ai donc l’honneur de faire appel à vous pour constituer l’avant-garde de la future « amicale joyeuse des buveurs de jus de raisin fermentés nus et sains ». Votre mission, si vous l’acceptez, sera d’aller porter la bonne nouvelle que, oui, le bon vin existe, et que, saperlipopette !, il est désormais accessible sur Le Mans-la-chanceuse ! Les grands restaurants parisiens et les importateurs japonais qui s’arrachent ces quilles à pris d’or n’ont qu’à bien se tenir : BACCHUS IS BACK !!!

Alors voilà, j’ai la joie de vous transmettre en pièce-jointe ce qui est pour l’instant un embryon de catalogue, fruit d’un labeur de fourmi à goûter des vins par dizaines dans des salons un tantinet boboïsants (Nantes…), à poser cent fois les mêmes questions (« et question soufre, vous travaillez comment ? »), à trimballer des cartons et rouler pendant des heures… Mais le résultat est là : un florilège de nectars aussi différents que délicieux, œuvres de vignerons-paysans-artisans-artistes passionnés qui n’ont d’autre sacerdoce que de produire les vins qu’ils aiment boire, au détriment pour certains de toute notion vénalo-marchande !

D’aucuns diront que, tudieu !, c’est pas donné. Je vous le confirme. Mais il en va du vin comme du reste, quand on aime, on ne compte pas ! Le prix, à défaut d’être justifié s’explique et je me ferai un plaisir de répondre à toutes vos questions, en toute transparence.

Je n’ai pas non plus l’intention d’inonder votre boîte mail. Disons une news letter par mois maxi avec les nouveautés, des infos pertinentes, des offres spéciales, des invitations à déguster… Et si malgré ma bafouille chiadée vous n’êtes pas, mais alors pas du tout intéressé-e, dites-le moi et je vous raye gentiment de la liste 😉

Merci d’avoir lu jusqu’au bout (si ce mail n’est pas arrivé dans les spams).

A tout bientôt pour certain-e-s, bonne lecture et bonne santé !

Des bises

Damien